Accueil > Derni?res actualit?s > Patrimoine Agricole Mondial

Main content starts here.

Patrimoine Agricole Mondial

Noto (Système ingénieux du patrimoine agricole mondial)

A la ville de Kanazawa qu’ornent son château et le beau jardin Kenrokuen et à la région de Kaga s’étendant au pied du mont sacré Hakusan, s’ajoute pour compléter la préfecture d’Ishikawa, la pittoresque province de Noto, bordée dans trois directions par la mer du Japon.

Comblée des trésors gastronomiques en provenance de la mer comme de la montagne, avec de nombreuses variétés de poissons, crustacés ou légumes sauvages, la région de Noto est remarquable de par la richesse de son patrimoine naturel. Accroché aux flancs escarpés de la montagne, descendant jusqu’à la mer, se détache un paysage singulier : les rizières en terrasses de Shirayone no Senmaida. Les nombreuses parcelles qui la composent sont si petites qu’une anecdote raconte qu’un paysan a pu chercher son lopin longtemps avant de se rendre compte qu’il était simplement recouvert par la paille du manteau que les hommes portaient alors pour se protéger de la pluie.

Alors que la topographie y limitait grandement les possibilités de développement de la riziculture, la culture du sel, multiséculaire à Noto, y est demeurée essentielle. Si plusieurs techniques de production de sel existent au Japon, la région de Noto est la dernière à continuer de suivre la méthode traditionnelle appelée agehamashiki seien. Soucieux de cet héritage, le village salin de Enden Mura à Suzu, organise des ateliers pour permettre aux personnes qui le souhaitent de découvrir les secrets de cette méthode ancestrale.

Dans chaque recoins de la péninsule, en été et en automne, les locaux continuent de célébrer l’abondance des pêches et des récoltes lors de pittoresques festivités traditionnelles : les kiriko matsuri. Et en hiver, lorsque la nature est endormie, on continue de rendre grâce à la magnanimité des dieux pour l’abondance du grain sorti des rizières lors de la cérémonie plus intime de l’aenokoto. A travers la pérennité de ces célébrations anciennes, subsiste à Noto au delà du paysage, l’âme d’un Japon immémoriel.

 

C’est la pérennité de ce Japon des origines subsistant à travers les paysages et les célébrations de Noto qu’a voulu distinguer la communauté internationale, par le biais de l’Organistion des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), en inscrivant la région comme système ingénieux du patrimoine agricole mondial en juin 2011. La péninsule de Noto a ainsi partagé l’honneur, avec l’île de Sado dans la préfecture de Niigata, d’être la première région du Japon distinguée par cet organisme qui se donne pour but d’aider à préserver des excès de la modernisation les systèmes d’agriculture traditionnelle respectueux des paysages naturels et de la biodiversité.

Lors de votre visite dans la préfecture d’Ishikawa, nous ne saurions trop vous conseiller de pousser la route au delà de la région de Kaga, du mont Hakusan et de Kanazawa jusqu’à Noto pour y découvrir les charmes d’un Japon presque disparu.

Lien URL

 portail des satoyama et satoumi de Noto (anglais, chinois, coréen)

http://www.pref.ishikawa.jp/satoyama/noto-giahs/index.html( External link )