Accueil > Derni?res actualit?s > Découvrir l’artisanat traditionnel

Main content starts here.

Découvrir l’artisanat traditionnel

L’histoire de l’artisanat à Ishikawa est indissociable de celle des seigneurs Maeda qui régnèrent sur le domaine de Kaga (comprenant l’actuelle préfecture d’Ishikawa) durant les 250 années de l’ère Edo après l’unification du Japon sous la domination politique des seigneurs Tokugawa. Alliés de ces derniers durant et après la bataille de Sekigahara en 1600, Les Maeda étaient considérés come « tozamadaimyô », gouverneurs féodaux extérieurs au clan. L’équilibre politique restait précaire et les gages de suzeraineté des seigneurs de Kaga n’y changèrent rien. Ils étaient puissants et firent donc l’objet d’une surveillance étroite et continue. Bon gré mal gré, les seigneurs Maeda s’avérèrent être de précieux alliés du régime, s’appliquant à pacifier leur domaine, utilisant notamment sous l’impulsion du troisième seigneur de la lignée, Toshitsune Maeda, l’arme du mécénat artistique.

C’est sur le terreau de l’engouement des seigneurs Maeda pour les arts et d’une remarquable prospérité économique que s’épanouirent la laque de Wajima, la céramique de Kutani ou la feuille d’or de Kanazawa, les porte-étendards d’une longue et riche tradition d’excellence artisanale locale, regroupant de nombreux domaines faisant encore aujourd’hui la fierté de la préfecture d’Ishikawa avec pas moins de 10 oeuvres répertoriées comme patrimoine national , 6 oeuvres répertoriées par la préfecture et 20 oeuvres rares.

 

Il y a d’abord la feuille d’or de Kanazawa qui représente 99% de la production nationale de ce produit. Elle est utilisée localement à des fins décoratives pour les objets laqués (méthodes chinkin et maki-e) mais agrémente aussi les butsudan (autels bouddhistes) comme la céramique de Kutani. En dehors de Kanazawa, on la retrouve enveloppant le fameux temple d’or de Kyoto (le Kinkaku-Ji), les temples et sanctuaires de Nikkô (au nord de Tokyo dans la préfecture de Tochigi) ainsi que de nombreux bâtiments et monuments de tout le pays auxquels elle apporte sa grâce et son éclat. Artisanat emblématique de Kanazawa, il est possible dans plusieurs boutiques de la ville de s’initier à son maniement ou bien d’approcher la complexité de ses étapes de fabrication en participant à des ateliers d’une heure environ.

Il y a ensuite la laque de Wajima. Le processus de fabrication d’objets selon cette méthode s’étendant sur plus d’une centaine d’étapes requérant la plus grande adresse de l’ouvrier, cet artisanat est justement reconnu comme « patrimoine culturel immatériel important du Japon », lui assurant de ce fait une réputation internationale de premier ordre. Loin de se réduire à l’extraordinaire complexité technique que lui a léguée sa longue tradition, cet art a su évoluer avec la sensibilité des générations plus jeunes pour intégrer à son horizon créatif des goûts et usages plus ancrés dans la période actuelle. A Wajima, il est possible de se réserver une heure soit pour s’initier directement aux diverses techniques décoratives de la laque de Wajima ou afin d’admirer en spectateur la précision du travail de ses artisans.

 

La préfecture d’ishikawa est fière d’hériter d’une tradition artisanale authentique et variée. Elle est par ailleurs heureuse d’offrir à qui le souhaite, à l’occasion d’une visite, une opportunité unique et conviviale de s’initier soi-même à cet héritage par le biais des ateliers proposés par de nombreuses enseignes. 

Lien URL

Musée d’artisanat traditionnel du département d’Ishikawa(page en anglais)

http://www.ishikawa-densankan.jp/english/index.html( External link )